thibaudmaroc

Nos deux jeunes pilotes du Saulnois, engagés dans la course mythique du 4l Trophy viennent d'achever leur périple sur les pistes marocaines avec une très honorable 254 ème place sur les 1500 engagés. 

Un véritable performance pour Thibaud Robinet d'Amelécourt et son coéquipier nancéien Matthieu Pierré qui ont réussi leur pari fou à bord de leur véhicule de collection. thibaud maroc2

Avant leur retour dans la région et les traversées de l'Espagne et de la France, ils ont profité pleinement de la grande fiesta de fin de course dans un superbe hôtel de Marrakech. 

Retrouvez les photos, les vidéos postées par Thibaud et Matthieu sur leur page facebook et toute la course sur le site du 4L Trophy

A voir aussi, l'article de Grain de sel réalisé avant le départ : 4L Trophy, un équipage du Saulnois sur les pistes marocaines !

0
0
0
s2sdefault

La brasserie bio du Saulnois Malacuria a désormais son site Internet ! Un pas de plus pour la famille Jacquemin installée à Malaucourt sur Seille qui, depuis près d'un an, commercialise avec succès, les bières de sa production. 

Vendues directement au magasin de la ferme mais également à l'Inventerre du Pré Vert à Dieuze, chez V&B à Heillecourt, à l'épicerie du goût à Nancy, à la Maison Davrainville à Marsal, les bouteilles sont disponibles depuis quelques jours sur le site Internet de la Malacuria. 

Un tout nouvel espace numérique qui présente la jeune histoire de la brasserie, son actualité, le lieu de production et la fameuse boutique. 

Decouvrez donc sans attendre le site internet en cliquant sur la vignette ci-dessous :

malacuria

 

0
0
0
s2sdefault

glacebourdonnay

Pour tenter de diversifier son activité agricole et compenser une baisse des prix du lait, Michaël Rousselot un jeune agriculteur de 34 ans, exploitant à  Bourdonnay s'est lancé depuis le début de l'année 2017 dans la fabrication de....glaces ! 

Une idée originale et inédite pour la région glanée sur Internet après plusieurs mois de recherches et d'interrogations. Une année aura été nécessaire pour aboutir à un projet séduisant qui a permis également à Michaël Rousselot d'embaucher à temps plein, sur l'EARL de la Promesse, Gaelle, salariée agricole qui l'accompagnait auparavant quelques heures par semaine sur sa ferme.  glacebourdonnay2

Mais dans l'aventure qui commence à peine, Michaël Rousselot est acompagné également par une structure expérimentée qui l'aide au quotidien : la société néerlandaise Glace de la ferme a en effet signé un contrat avec l'EARL de la Promesse. L'agriculteur a acheté le matériel, les recettes, le suivi et l'exclusivité sur le territoire. 

Plusieurs heures de formation et de nombreux essais ont été nécessaires avant que nos deux agriculteurs deviennent aussi...glaciers.

La matière première est au maximum locale. Le lait et la crème proviennent de la ferme de Bourdonnay, les oeufs sont de Gelucourt  et les fruits sont achetés chez un grossiste à Lunéville. Les ingrédients sont incorporés dans la machine à glace où ils sont brassés et montés en température (84°). Le tout est ensuite refroidi et mis en pot de  5 l , 2,5 l, 1 l, 0,5 l et 150 ml.  

vachesbourdonnay

D'autres produits sont également réalisés par Michaël et Gaelle comme des petits fours glacés, des bûches, des tartes glacées, des vacherins...  

Le 5 janvier, ils étaient prêts à accueillir les premiers clients contactés sur les réseaux sociaux dans une structure flambant neuve composée du laboratoire et d'un lieu de vente ou chacun peut découvrir les produits estampillés Glaces de la Promesse !

 Le magasin est ouvert pour l'instant le samedi de 13h30 à 15h. Les clients sont déjà nombreux à pousser la porte du  local. Le bouche à oreille fonctionne à plein et les gourmands reviennent ! 

Vous pourrez également découvrir les glaces de la Promesse lors d'évènements tels que le Printemps des papilles à Nébing le 26 mars, les portes ouvertes au Lycée agricole de Château-Salins, le marché de Pâques à Bourdonnay le 25 avril.glacebourdonnay3

A déguster à Bourdonnay : 

Glace : Chocolat, crème glacée, crème glacée yaourt, cerise, noix de coco, caramel beurre salé, banane, banane coulis de chocolat, nougat, litchi, vanille, noisette, quetsche, 

Sorbet : litchi, groseille, fraise, mirabelle, citron, quetsche, citron, citron-vodka, banane

Autres : petits fours glacés, tartes glacées, bûches, vacherins

Visitez la page Facebook des Glaces de la Promesse

glacedela ferme

 

0
0
0
s2sdefault

haiestmed

Dans le cadre d'un programme initié par le Parc Naturel Régional de Lorraine, de nombreuses collectivités territoriales, de nombreux agriculteurs peuvent être accompagnés dans leur démarche de création et d'entretien de haies. 

Trop souvent méconnus, les avantages de ces corridors écologiques sont pourtant multiples et essentiels pour un territoire : maillage qui dynamise le paysage, pouvoir absorbant en cas de pluie, fonction de brise vent réduisant ainsi l'érosion éolienne, les haies consolident aussi les sols et luttent contre les glissements de terrains, elles jouent également un rôle d'épurateur de nitrate et agissent en faveur de la qualité de l'eau. 

haiestmed2

Evidemment, ces trames vertes sont de véritables refuges pour la faune et la flore à l'origine de nombreuses chaines alimentaires. 

Cerise sur le gâteau, une haie peut être également une source de revenu non négligeable pour les fruits qu'elle peut produire mais également pour le bois qu'elle offre si elle est bien entretenue. 

A Saint-Médard, on s'est lancé dans l'opération depuis deux ans maintenant. Mairie et paysans ont bénéficié de l'aide du PNRL : une aide financière qui correspond à la livraison de 80 % d'arbres et arbustes et le coup de main de quarante élèves du Lycée agricole de Courcelles au moment de la plantation.

En 2015 et 2016,  5km de haie ont ainsi été plantés, en 2016, 3 km le long des parcelles agricoles, au bord des chemins.

Les espèces sont évidemment des variétés locales achetées chez les pépiniéristes de Lorraine. On a planté ainsi à Saint-Médard du fusain, du cerisier, du charme, du viorne, du cornouiller, du tilleul, des pommiers, du sureau, du saule, du noisetier...

haiestmed3

 

Malheureusement au cours de notre reportage, alors qu'on prenait des photos des haies plantées dans le cadre des programmes évoqués plus haut, on a découvert les actes de vandalisme (arbres cisaillés méthodiquement) perpétrés par certains illuminés qui utilisent cette plantation symbolique pour régler leurs problèmes existentiels. 

Les collectivités locales, les agriculteurs intéressés par le programme  peuvent s'adresser à Anne Philipzcyck, au PNRL, au 03 83 84 25 18

Lisez la brochure sur les haies éditée par le PNRL ou ce document proposé par et pour les agriculteurs

0
0
0
s2sdefault

gerard maquenhem

Ca bouge encore dans le Saulnois en ce qui concerne l'agriculture bio. Un projet de maraîchage en permaculture* est en bonne voie à Guéblange les Dieuze. Pour donner plus d'ampleur à leur initiative et apporter ainsi une dimension participative originale, les futurs maraîchers lancent un Crowdfunding via le site Internet Bulb in Town.

Un financement participatif à travers lequel ils espèrent récolter des fonds pour acheter plusieurs types d'arbres et arbustes qui formeront la base de l'écosystème pour un montant de 1000 € , des graines bio pour un total de 1500 €, du matériel comme des serres, le semoir Coleman et d'autres outils pour 2500 € .

Les arbres, arbustes et graines seront essentiellement des variétés anciennes (rares, conservées génétiquement) bien plus intéressantes au niveau gustatif et nutritif mais plus coûteuses que les semences traditionnelles.

Le projet concerne 4 personnes qui travailleront sur un terrain de 6 hectares.

Elles cultiveront essentiellement manuellement pour éviter le plus possible le coût et l'impact des énergies fossiles en favorisant la culture de variétés anciennes comme la tomate taxi yellow, la betterave golden grex, ainsi que, la production de petits fruits destinés à la confection de produits divers et variés tels que de la confiture, des sirops, des chutneys (sauces) etc...

Il faut également y voir un aspect éducatif, dans le sens où il sera intéressant de faire connaitre la diversité des aliments existants. En effet, pour exemple, les consommateurs ne connaissent en moyenne que 4 ou 5 variétés de tomates alors qu'il en existe plus de 700. Des variétés autrefois cultivées localement, telles le melon de Lunéville, le haricot or du Rhin seront produites là également.

Si vous souhaitez donner un coup de pouce au projet, vous versez une somme comprise entre 10 € et 200 € et vous recevez en échange une contrepartie (votre nom donné à un arbre, un lot de graines récupérées sur le site, un panier de légumes, un apéro, un repas voire une semaine de vacances pour les plus généreux donateurs.

* Permaculture

Toutes les infos sur le projet et les modalités de participation au financement en cliquant sur la page qui lui est consacrée en cliquant sur la vignette ci-dessous : 

athea 

 

0
0
0
s2sdefault