aginveterre19

L'association dieuzoise l'Inventerre du Pré Vert tenait son assemblée générale en ce début du mois de mai. Trois ans après sa création, son bilan est remarquable ! 

Forte de près de 400 membres, l'Inventerre du Pré Vert est composée de producteurs et consommateurs qui tiennent bénévolement le local de vente qui écoule des produits locaux issus de l'agriculture biologiques et provenant de 24 fermes du Saulnois, de Moselle, de Meurthe et Moselle et de Meuse. Une preuve que l'on peut consommer autrement en dégustant des produits du coin aux qualités gustatives incomparables.

D'autre part, l'association organise des animations, des conférences, des manifestations seule ou en coopération avec d'autres associations locales (MJC, ASSAJUCCO-EMMAUS, Artisans du monde, Maison du Clément, Maison du Pays des Etangs...) mais aussi avec les collèges, les lycées, les écoles du Saulnois, avec la Communauté de communes.

Mais ce bilan exceptionnel ne doit pas masquer les difficultés vécues par l'Inventerre du Pré vert. En interne, tout d'abord avec quelques discussions animées entre les membres du Conseil d'administration, avec des producteurs, les divergences sur la philosophie de l'association, l'implication des uns et des autres au sein du local et les règles applicables de vente....22366743 181650805740095 747009633785873957 n

Des difficultés également avec les collectivités locales et le peu de soutien du Département, de la Communauté de communes du Saulnois ou de la ville de Dieuze qui devraient au contraire soutenir sans retenue cette initiative citoyenne d'intérêt public. D'ailleurs aucun membre de la CCS, aucun membre de la Municipalité n'étaient présents à cette réunion annuelle de l'Inventerre du Pré Vert.  

Mais ce désintérêt des institutionnels n'a pas douché l'enthousiasme des membres de l'Inventerre du Pré vert, bien au contraire. De nombreux projets ont été évoqués au cours de cette Ag comme un possible changement de lieu qui transformerait l'avenir de l'association. Accueillis depuis juin 2016 dans un local de la MJC Jacques Prévert, les membres souhaitent installer le magasin bio dans un espace plus grand, permettant d'organiser les évènements à l'intérieur du local, de créer un espace enfant, une bibliothèque.... Le projet murit et devrait aboutir dans quelques mois, quelques détails restant encore à régler. 

En attendant ce changement de braquet, l'Inventerre du Pré Vert poursuit son chemin et ouvre son espace de vente les mercredis après-midi de 15h à 18h, les vendredis de 9h à 12h et de 15h à 19h et les samedis de 9h à 12h et de 14h à 17h.

Retrouvez également toute l'actualité de l'Inventerre du Pré Vert sur la page Facebook et sur le site Internet.

Les produits bio vendus à l'Inventerre du Pré Vert : légumes, viande, charcuterie, bières, oeufs, pâtes, miel, jus de fruits, confitures, huiles, fromages, crème, fromage blanc, pains, 

purethe

 

A l'occasion des voeux de la Communauté de communes du Saulnois, le Directeur des services de notre interco avait fièrement annoncé le sympathique geste de la limonaderie Lorina à destination des habitants du Saulnois. Une bouteille de la célèbre marque, fleuron industriel du territoire allait être offerte à chacun des 30 000 citoyens. 

Depuis, plus de nouvelles et certains de nos lecteurs s'interrogeaient sur la véracité de cette annonce. 

Mais aujourd'hui on a du nouveau ! Lorina va offrir des bouteilles de.....Thé !!! La société de Munster qui a diversifié sa production depuis plusieurs années déjà (elle fait des sodas) sort une nouvelle boisson à base de thé aromatisée estampillée bio et la ferait bien découvrir au plus grand nombre.

Baptisé Purethé, c'est ce produit qui sera distribué à chaque habitant très bientôt. 

Pour le calendrier exact, nous sommes pour l'instant dans l'expectative. Les palettes sont prêtes à Munster et il faut désormais que les communes aillent chercher le précieux breuvage. A la CCS, on tente de trouver la solution la moins coûteuse pour acheminer le cadeau de Lorina dans les 128 communes du territoire. 

voixdumidi1

Une petite commune du Saulnois fait la une de l'actualité dans la presse régionale !

Moyenvic est en effet la vedette d'un grand article de......... La Voix du Midi, journal publié dans la région du Lauragais. 

On y voit en effet, le maire de Moyenvic, qui pose fièrement devant la plaque de la rue du Lauragais, située dans le lotissement de son village et juste à côté son homologue de Villefranche du Lauragais dans la même posture montrant le nom de la rue de Lorraine. 

Ces hommages respectifs à 900 km de distance sont la conséquence d'un tragique épisode de l'Histoire de notre région. En 1940, lorsque les Nazis annexèrent la Moselle, la grande majorité des habitants du Saulnois furent expulsés dans le sud de la France. 

Fuyant la guerre, l'oppression, l'occupation, les Moyenvicois s'installèrent dans le Lauragais, région située entre Toulouse, Carcassonne et Castres. Ces migrants d'alors arrivèrent en novembre à Villefranche du Lauragais et dans quelques petits villages aux alentours. Accueillis par la population locale avec plus ou moins d'entrain, la vie s'est alors organisée dans le midi et peu à peu l'osmose s'est réalisée entre les lorrains et les habitants du Lauragais. Certains trouvèrent du travail, d'autres rencontrèrent...l'amour. Des mariages furent même célébrés et lorsque les Moyenvicois rentrèrent dans le Saulnois à la fin du conflit certains lorrains décidèrent de rester dans leur pays d'accueil. 

Pour lire l'article de la Voix du Midi, cliquez sur la vignette ci-dessous : 

voixdumidi2

 

dejallaucourt

De notre envoyé spécial à Valenciennes

Dans le cadre d'une vente à Caen ce dimanche a été adjugé à 690 € le portrait militaire d'un gentilhomme du Saulnois datant de la fin du XVIIIe siècle. Le commanditaire, âgé d'une cinquantaine d'années, pose fièrement, coiffé d'une perruque blanche et vêtu d'une cuirasse qui n'est pas sans rappeler la bonne peinture du début du siècle, le modèle portant par ailleurs un col de dentelle ainsi qu'une cape de couleur rouge par dessus son épaule.

Si l’œuvre n'est pas signée, elle est précisément datée de 1770 et mentionne la titulature du « comte de Greische de Jallaucourt ». Cette mention permet d'identifier le chevalier comme s'agissant de Jean François de Greische, seigneur de Jallaucourt (1716-178

450px Louis de Bauffremont Breton Louvre RF3336

9), issu d'une vieille famille luxembourgeoise arrivée dans le Saulnois par le mariage en 1595 de Nicolas de Greische avec Marie d'Einville.

Jean François de Greische naît le 13 juillet 1716 à Jallaucourt. Il est le seul fils connu de Nicolas, capitaine de cuirassiers au service de l'Empereur, et de Marie Christine du Châtelet. Orphelin de père à l'âge de 6 ans, Jean François s'engage très tôt dans une carrière militaire, en tant que capitaine de dragons au régiment de Bauffremont, régiment servant pour le royaume de France et dirigé entre 1730 et 1744 par le prince Louis de Bauffremont.

La présence régulière de Jean François dans les registres de la paroisse de Jallaucourt dès le début des années 1740 plaide en faveur d'une carrière militaire brève. On peut supposer qu'il a toutefois servi durant la guerre de Succession de Pologne (1733-1738), qui se conclut par la prise de la Lorraine par la France et l'installation de Stanislas Leszczyński, beau-père de Louis XV, en qualité de duc à titre viager. 

Dès 1740, Jean François de Greische épouse Anne Louise du Hautoy, dame de Clémery (entant que descendante du gouverneur de Marsal Fouquet de la Routte), laquelle meurt en couches en février 1741. C'est en juin 1742 que le jeune veuf se remarie avec Anne Catherine, comtesse de Rennel, fief érigé à Delme à la fin du XVIe siècle, dont est issue Catherine de Lavaulx, ancêtre du premier ministre canadien actuel.

jallaucourtancien

 

De cette union naîtront au moins 18 enfants entre 1743 et 1769, qui permettent de localiser Jean François de Greische à Jallaucourt de manière quasi-continuelle. Au moins 9 des enfants décéderont en bas âge, seul l'aîné survivant, Jean Baptiste Charles de Greische, ayant laissé une descendance sous le nom de Scitivaux de Greische. Si Jean François prend l'entière possession du fief de Jallaucourt dès 1745, et est qualifié dès l'âge de 28 ans d'« ancien capitaine », il est également « collateur de la cure » (il désigne le curé de la paroisse) et décimateur (il collecte l'impôt) pour les deux tiers de la dîme de Jallaucourt. Le fief de La Borde s'ajoute aux possessions du chevalier en 1747, ainsi que d'autres lieux comme Amelécourt en 1752, Château-Salins en 1754 ou encore Coutures en 1772.

Les années 1780 seront quant à elle marquées par le décès de trois de ses filles à l'âge adulte, Marie Charlotte Eléonore décédée à Jallaucourt en 1781, Marie Catherine Thérèse, décédée deux ans plus tard, et Anne Françoise Scholastique décédée en 1787 à Nancy, laquelle avait épousé le capitaine messin François Joseph de Feydeau, seigneur de Delme, qui sera condamné à mort par le tribunal révolutionnaire puis exécuté à Paris en avril 1794. Jal2028129

C'est dans ce même contexte révolutionnaire que s’achève la vie de Jean François de Greische. Tandis que la famille fait construire son nouveau château à Jallaucourt en 1788, Jean François et son aîné sont cités lors de l'assemblée générale des trois Ordres du bailliage de Château-Salins, tenue le 18 mars 1789. Il est possible que le père âgé de 72 ans ait été représenté par son fils, qualifié comme son « fondé de pouvoir ».

greische

Il s'agira là de la dernière citation connue du chevalier qui décède le 14 août 1789, un mois jour pour jour après la prise de la Bastille, et une semaine avant la publication de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, lui qui naquit lorrain sous le règne du duc Léopold, prit les armes au service du roi de France, et vit installer puis mourir le duc Stanislas ainsi que son gendre Louis XV...

Il y a quelques jours on évoquait sur Grain de sel la formidable réussite de Crèche'N dog, l'espace d'accueil pour chiens créé à Vic sur Seille, en septembre dernier. 

Aujourd'hui c'est la chaine nationale TF1 qui met à l'honneur Christelle et Cindy Juville dans un reportage qui est passé au journal de 13h, vendredi 26 avril et qu'a mis en ligne notre confrère de Juvelize.com qui déniche toujours sur la toile les pépites télévisuelles. 

Pour visionner le reportage de TF1 sur Crèche'N cliquez sur la vignette ci-dessous : 

crechndogtf1