interconnexionLe Président de la Régon lorraine renonce à la construction de la gare d'interconnexion TER/TGV suivant ainsi l'avis des Lorrains qui ont majoritairement dit non au projet lors de la consultation du 1er février. 

Certains parlent d'une belle preuve de démocratie de la part d'un homme politique qui respecte l'avis du peuple. D'autres, ses opposants politiques, parlent d'un camouflet, d'une gifle qui restera gravée dans la carrière politique de Jean-Pierre Masseret. 

Mais un autre argument se fait jour. Il insinue que le président socialiste aurait joué ici un fin coup politique qui lui permet d'abandonner un projet qu'il ne portait pas vraiment dans son coeur. Le résultat de la consultation lui donne toute légitimité pour se débarasser d'un dossier coûteux et controversé à quelques mois des élections à la nouvelle grande région. 

Vous pourrez lire ci-dessous le discours prononcé par Jean-Pierre Masseret hier lors de la séance plénière du Conseil régional : 


1. La consultation populaire du 1er février en Lorraine est une première en France. Le Conseil Régional de Lorraine est le premier à avoir mis en oeuvre cette procédure. Elle a ouvert un chemin qui ne sera pas refermé.

2. Les procédures légales ont été respectées. A la lumière des faits, nous proposons au législateur des améliorations de forme et de procédures afin que les citoyens soient davantage impliqués.

Fixer un seuil minimal de participation,
rendre obligatoire l’envoi, sous enveloppe, au domicile des citoyens inscrits sur les listes électorales, du matériel de vote, 
rendre obligatoire l’ouverture de l’ensemble des bureaux de vote, tel que cela est le cas lors de toutes les consultations électorales,
envisager le vote électronique sécurisé.
3. Cette consultation était nécessaire comme l’ont souligné les débats que nous avons eus ici même le 28 novembre dernier ainsi que les 29 et 30 janvier 2015, compte tenu également des propos et des écrits entendus et lus lors de la brève campagne qui a précédé la consultation du 1er février.

4. Chacun a pu apprécier en ces occasions la qualité des arguments et leur rapport à la vérité et à l’intérêt général des usagers du rail. Le thème de la consultation : réaliser un investissement ferroviaire connectant le réseau TER lorrain au réseau international et national grande vitesse, a été occulté au bénéfice de postures politiciennes partisanes.

5. La consultation a donné un résultat exposé et détaillé dans le rapport écrit qui vous a été adressé.

6. La participation a été faible c’est vrai mais c’était une première fois

Le Non l’a emporté arithmétiquement.
Deux départements ont dit Oui.
Deux départements ont dit Non.
Dans le sillon lorrain, où vivent 1.400.000 Lorrains directement intéressés par la connexion TER/LGV, 4 maires et 4 présidents d’agglomération ont pris position pour le non.
Deux Maires sur les 4 ont été suivis. Deux ne l’ont pas été.
Deux Présidents d’agglomération ont été suivis, deux ne l’ont pas été.
La consultation a concerné toute la Lorraine et une voix vaut une voix quel que soit le lieu où cette voix s’est exprimée.

7. Les cartes qui sont dans le rapport font démonstration de la répartition géographique des votes.

8. Respectueux de l’expression des Lorrains et des Lorraines du 1er février, respectueux aussi du mandat que j’ai reçu des électeurs et électrices en 2010.
Je considère que le projet contesté de la gare de Vandières ne peut pas être engagé par cette majorité.

Je demande aux Commissions chargées du Développement Durable, des Aménagements, des Affaires Economiques ainsi qu’à la Commission des Finances, avec l’appui des administrations d’examiner les conséquences du vote du 1er février sur le désenclavement ferroviaire de la Lorraine et sa connexion à l’espace grand régional en construction. De traiter ainsi les problèmes d’aménagement qui pourraient se poser à moyen terme.

Ces travaux techniques seront portés à la connaissance des Lorrains et des Lorraines, ils éclaireront les décisions de celles et ceux qui auront la responsabilité de défendre les intérêts lorrains à l’intérieur de la nouvelle Région.

Source : Conseil Régional de Lorraine

 

 

JP Masseret photo JP Cour

 

La décision est tombée ce midi ! Le président de la région lorraine abandonne le projet de gare d'interconnexion TER/TGV prévue à Vandières.

Après la consultation publique au résultat très négatif (60% contre), Jean-Pierre Masseret renonce. 

La gare restera donc à Louvigny ! 

 

olivia

 

Ils se sont lancés les derniers mais les Socialistes auront bien leur binôme pour les premières élections départementales qui auront lieu, 

rappelons-le, les 22 et 29 mars prochains. remy

Les candidats sont Olivia Chaponet, responsable départementale au Parti socialiste et Rémy Hamant, maire de Lindre-Basse, vice-président du Parc Naturel Régional de Lorraine.

Leurs remplaçants sont Lucie Kecevar, conseillère régionale et Bernard Heulluy, conseiller municipal à Metz.

La date limite de dépôt des candidatures étant dépassée, la liste des candidats pour le canton du Saulnois est donc close et verra s'affronter six binômes et leurs deux remplaçants : 

 

Avec Olivia Chaponet et Rémy Hamant

Jeannine Berviller et Fernand Lormant

Annette Jost et Alain Pattar

Estelle Gallot et Emmanuel Granjean

Didier Conte et Naila Hennard

Bénédicte Oudin et Norbert Degrelle

saillyRemodelés, restructurés, fondus, redécoupés, les cantons d'Albestroff, Château-Salins, Delme, Dieuze et Vic sur Seille n'en forment plus qu'un, depuis février 2014 : le canton du Saulnois.  Aux 128 communes qui le composent, on a ajouté sept villages du canton de Verny : Foville, Saint-Jure, Sailly-Achâtel, Vulmont, Vigny, Secourt et Moncheux. 

Pour remplir la mission qui leur sera confiée par les électeurs les 22 et 29 mars prochains, les deux futurs conseillers départementaux devront donc se rendre dans ces nouveaux territoires. 

Grain de sel les a devancés et vous propose quelques infos et quelques clichés de ces nouvelles communes du Saulnois.

Foville : 106 habitants, comcom du Sud Messin, dirigée depuis 2008 par Jean-Luc Etienne. Moulin à huile, calvaire du gothique flamboyant, fin XVème siècle

Vulmont : 41 habitants, comcom du Sud Messin, dirigée depuis 1989 par Patrice Thiebaud. Chapelle Saint-Nicolas, XIème siècle

Saint-Jure : commune composée de trois villages (Saint-Jure, Alemont, Ressaincourt), 313 habitants, comcom du Sud Messin, dirigées par Angel Renaudin depuis 2001. Eglise du XIVème à Saint-Jure, chapelle néo-gothique de 1929 à Ressaincourt, église du XVème à Alemont

Vigny : 313 habitants, comcom du Sud Messin, dirigée par Raymond Arnould  depuis 2001. Maison forte datant de 1216. 

Secourt : 213 habitants, comcom du Sud Messin, dirigée depuis 2001 par Denis Veiss, château du XIVème en ruines

Sailly-Achâtel : 244 habitants, comcom du Sud Messin, dirigée depuis 2014 par Stéphane Nicolas, église Saint-Epvre de 1731. Musée de la tuile.

Moncheux : 147 habitants comcom du Sud Messin, dirigée depuis 2008 par Gérard Michel.

Foville
Foville
Foville - le linteau
Foville
moulin à huile
Foville
calvaire gothique
Vulmont
chapelle Saint-Nicolas
Vulmont
porte de la chapelle Saint-Nicolas
Ressaincourt
commune de Saint-Jure
Ressaincourt
chapelle Notre Dame, 1929
Saint-Jure
mairie-école
Saint-Jure
église Saint-Georges, XIIIème
Saint-Jure
école
Vigny
maison de maître
Sailly-Achâtel
la mairie, l'église
Vigny
lotissement
Secourt
grotte à l'entrée du village
Secourt
château en ruines
Secourt
eglise
Secourt
château en ruines
Sailly-Achâtel
église du XVIIIème
Sailly-Achâtel
fontaine
Sailly-Achâtel
église 1732
Sailly-Achâtel
mairie, maison associative

 

Les élections départementales auront lieu dans un peu plus d'un mois mais d'ores et déjà une équipe de candidats vient de publier un premier tract.

Pour la majorité départementale, représentants l'UMP/UDI/Indépendants, Jeannine Bervieller et Fernand Lormant, les conseillers généraux sortants des cantons de Château-Salins et Dieuze, proposent, portés par le  slogan "Agir pour réussir", de mettre leur dynamisme et leur expérience pour servir le beau et vaste territoire du Saulnois et sa population. 

Ils seront accompagnés par deux remplaçants, maires des villages de Bacourt et Vic-sur-Seille : Geneviève Bouchy et Jérôme End. 

Le tract de l'équipe de Jeannine Berviller et Fernand Lormant est à découvrir en cliquant sur la vignette ci-dessous : 

tractlormant